Je constitue le capital de mon entreprise


Pour vous lancer, vous aurez naturellement besoin de fonds propres, apportés par vous-même et/ou vos proches. Si ceux-ci ne sont pas suffisants, convaincre des partenaires extérieurs de vous soutenir financièrement sera votre prochain défi !

Fonds propres et fonds de tiers : quelle différence ?
Les fonds propres constituent le socle du financement lors de la création d’une entreprise. Ils sont mis à la disposition de celle-ci de manière permanente. Lors d’une demande de crédit, ils serviront à évaluer votre solvabilité.

Les fonds propres peuvent être apportés en numéraire (argent liquide), en nature (biens et équipements) ou par une combinaison des deux. Lorsque votre société aura trouvé sa vitesse de croisière, les fonds propres pourront être augmentés par incorporation des réserves : il s’agit des bénéfices de la société non distribués aux actionnaires et qui vont financer le maintien ou la croissance de l’entreprise.

Les fonds de tiers se composent de capitaux empruntés et sont donc remboursables à une échéance déterminée (avec paiement d’intérêts). A moyen ou long terme, ils financent essentiellement le fonds de roulement et les investissements. A court terme, ils financent l’exploitation proprement dite (maintien de l’équilibre de la trésorerie).

La règle d’or
Les fonds propres couvrent seuls les risques de l’entreprise et représentent le gage des créanciers. Il en résulte qu’une entreprise ne devrait idéalement pas avoir de dettes à moyen et long terme supérieures à ses fonds propres.

A lire pour approfondir ses connaissances : le Vade-mecum du Financement des PME, édité par le CeFiP.

Constitution des fonds propres : 3 voies possibles
Les fonds propres peuvent provenir de trois sources différentes :

1. L’autofinancement

L’entrepreneur et son entourage sont naturellement les premiers bailleurs de fonds. Parmi ces actionnaires de la première heure, on trouve la famille proche, les amis et les inconditionnels du projet, habituellement regroupés sous le vocable Family, Friends & Fools (les 3F).

Ces personnes dévouées à votre cause n’attendent généralement rien en retour : ni intérêts ni pouvoir de décision. Avoir recours à l'autofinancement et faire appel à des proches pour constituer le capital de son entreprise comporte toutefois certains risques. Si l’affaire tourne mal, ce peut être une source de tensions dans le cercle familial ou amical.

2. Le capital-risque

Agissant à titre individuel (business angels) ou via un fonds de capital-risque, ces investisseurs audacieux ne font pas de la philanthropie. Ils attendent un retour sur investissement dans un délai relativement court (7 ans maximum pour les fonds). Ils imposent aussi, en contrepartie de leur soutien financier, une série d’exigences : représentation au Conseil d’administration, droit de regard sur la gestion, etc. Selon leur timing d’entrée, on parle de capital d’amorçage (seed capital), de capital d’établissement (start-up capital), de capital de croissance (growth capital) ou de capital de transmission (transmission capital).

De nombreux business angels adhèrent à des réseaux qui jouent le rôle d’interface entre ces investisseurs privés et les porteurs de projets : les principaux réseaux sont Be Angels du côté francophone et BAN Vlaanderen dans le nord du pays.

Les fonds de capital-risque ont des profils spécifiques, qui conditionnent aussi la hauteur de leurs interventions financières. Certains fonds sont indépendants, d’autres sont liés à des banques. La plupart d’entre eux sont membres de la Belgian Venturing Association (BVA).

Le capital à risque peut également être apporté par des sociétés publiques : la S.r.i.b.et sa filiale BruStart à Bruxelles, la Participatie Maatschappij Vlaanderen (PMV) en Flandre et la Sowalfin, qui chapeaute 9 invests locaux, en Wallonie. Certaines de ces sociétés ont leurs propres fonds de capital-risque.

3. Les prêts subordonnés

Un prêt subordonné est considéré comme du quasi capital. En cas de cessation de l’activité, il ne devra, en effet, être remboursé qu’après indemnisation de tous les autres créanciers. Les taux d’intérêt de ces prêts sont généralement inférieurs à ceux du marché et certains d’entre eux prévoient la possibilité de différer d’un ou de deux ans le remboursement du capital.

Au niveau fédéral, l’organisme qui octroie des prêts subordonnés aux indépendants, professions libérales, gérants de PME et demandeurs d’emploi qui souhaitent se mettre à leur compte est le Fonds de Participation. Celui-ci opère soit de manière directe, soit via des organismes de crédits ou d’autres sociétés partenaires.

• Le prêt Starteo vise les indépendants ou les PME en phase de démarrage (moins de 4 ans d’activité).

• Le prêt Lancement et le Plan Jeunes indépendants ciblent les demandeurs d’emploi ayant un projet d’entreprise.

• Le prêt Business Angel+ s’adresse aux entreprises innovantes qui se lancent avec un Business Angel.

• Le prêt Initio s’adresse aux petites entreprises qui veulent obtenir l’accord du Fonds de Participation pour leur projet d’investissement avant de s’adresser à une banque.

Les fiches techniques de ces différents produits sont disponibles sur le site du Fonds de Participation.

Ici aussi, vos principaux interlocuteurs sont la S.r.i.b. (Bruxelles) et ses filiales, la ParticipatieMaatschappij Vlaanderen (Flandre) et la Sowalfin (Wallonie). Chacune dispose d’une gamme de produits financiers permettant de financer les activités des entrepreneurs qui se lancent ou sont déjà en activité. Depuis la liquidation du Fonds de participation en juillet 2014, plus aucun crédit aux indépendants et aux PME n'est accordé au niveau fédéral. L'activité du Fonds de participation se limite désormais à la gestion des crédits en cours. Sa liquidation interviendra en 2022.


Nouvelle tendance : le crowdfunding

Crowdfunding signifie littéralement « financement par la foule » et, par extension, « financement participatif ». Cette méthode alternative de financement des jeunes entreprises, importée des Etats-Unis, prend de l’ampleur en Europe. Le crowdfunding consiste à faire appel au grand public via des sites web dédicacés afin de financer des projets. Les sommes investies peuvent aller de quelques euros à des sommes nettement plus conséquentes. Si le projet voit le jour, les investisseurs perçoivent une compensation ou une participation aux bénéfices, selon des modalités prévues au départ. La FSMA (Autorité des services et marchés financiers) a publié un cadre réglementaire applicable aux opérations de crowdfunding.

En savoir plus

Belgian Venture Capital & Private Equity Association (BVA)
Association professionnelle réunissant les acteurs du capital à risque et du private equity en Belgique. Liens vers ses nombreux membres dans les trois Régions.

Sites belges spécialisés dans le crowdfunding :
http://www.mymicroinvest.com
http://www.lookandfin.com
http://angel.me/fr/
http://www.crofun.be/fr/

Le site français www.kisskissbankbank.com est également actif en Belgique.

financementdesentreprises.be
Portail d’information émanant de la plateforme “Financement des entreprises” créée par Febelfin et une vingtaine de partenaires institutionnels et privés. Très pédagogique et nombreux liens utiles.

Société wallonne de Financement et de Garantie des PME (Sowalfin)
Guichet financier unique des PME et TPE dans le sud du pays. Coordonne aussi l’action des 9 invests locaux, qui octroient du capital à risque aux petites entreprises situées dans leur zone d’intervention. Les coordonnées des invests figurent sur le site de la Sowalfin. Enfin, signalons que c'est cette structure qui prend la relève du Fonds de participation au niveau wallon.

Wallimage
Intervient dans le capital d’entreprises wallonnes du secteur audiovisuel, en plus de la coproduction d’œuvres audiovisuelles.

Société régionale d’Investissement de Bruxelles (S.r.i.b.)
Différents produits de financement pour les entreprises bruxelloises. Intervient directement ou par le biais de ses filiales BruStart, qui finance les PME de moins de cinq ans via des prises de participation minoritaires ou des prêts subordonnés, et BruSoc, qui finance le secteur de l’économie sociale et de petits projets d’économie locale via des prêts subordonnés. C'est une autre de ses filiales, Brupart, qui prend la relève du Fonds de participation au niveau bruxellois.

St’art
Fonds d’investissement pour les entreprises créatives (mode, design, musique, arts du spectacle, architecture, etc.) de Wallonie et de Bruxelles. Intervient sous forme de prises de participation au capital ou de prêts.

Be Angels
Réseau de plus de 120 business angels prêts à investir dans des entreprises prometteuses, même en phase de lancement.

bouton-2