Paiement international : quelles techniques ? quelle couverture des risques ?


Se lancer dans le commerce international n’est pas un long fleuve tranquille : au risque commercial de défaut de paiement s’ajoutent des risques géopolitiques, économiques, monétaires, etc. Banquiers et assureurs-crédit ont mis en place des solutions spécifiques. Les pouvoirs publics accordent, quant à eux, des aides au financement des exportations.

Instruments et techniques de paiement international

L’instrument de paiement est la forme matérielle servant de support au paiement. La technique de paiement est la procédure à suivre pour que le paiement soit exécuté. Différents instruments et techniques se côtoient en commerce international, chacun ayant ses avantages et ses inconvénients. Votre banquier sera le premier interlocuteur à consulter en cette matière : il vous proposera les solutions les mieux adaptées à vos besoins.

Couverture des risques liés à l’exportation

Qui dit internationalisation dit risques, qui, s’ils ne sont pas maîtrisés, sont susceptibles d’ébranler la solidité financière d’une entreprise, voire de mettre son existence en péril.

Les grandes banques et certains assureurs spécialisés couvrent les risques liés aux activités d’import-export (risque de non-paiement, risque de change, risque de taux d’intérêt…), mais la première des précautions consiste à tenter de les prévenir : s’informer au maximum sur les marchés-cibles et diversifier votre clientèle sont deux armes anti-risques “évidentes”.

A l’instar de nombreux autres pays, la Belgique dispose d’un organisme public assurant les entreprises (et les banques) contre les risques politiques et commerciaux dans les relations commerciales internationales à moyen et long termes (biens d’équipement, projets industriels, etc.) : il s’agit du Ducroire (groupe Credendo) qui agit, dans ce domaine, avec la garantie de l’Etat. Son expertise en matière de risques difficiles, très souvent localisés dans des marchés lointains (pays en développement et pays émergents), est reconnue de tous. Par le biais de sa filiale Credimundi, une société anonyme de droit privé, le Groupe Credendo couvre également les transactions commerciales à court terme (moins de deux ans), mais cette fois sans la garantie de l’Etat.

Le Groupe Credendo a, par ailleurs, développé progressivement un portefeuille de produits complémentaires à l’assurance-crédit classique, par exemple des garanties financières et financements liés à l’exportation. Certains de ces produits sont particulièrement adaptés aux besoins des PME.

Soutien financier

Les entreprises qui se lancent à l’international ou veulent développer leurs activités sur les marchés étrangers peuvent bénéficier de mécanismes fédéraux de soutien par l’entremise de Finexpo, de la Société belge d’Investissement international (SBI) et, comme précisé ci-dessus, du Ducroire.

Les organismes régionaux de promotion du commerce extérieur ainsi que d’autres institutions publiques régionales fournissent également des aides destinées à faciliter le financement des exportations.

En savoir plus

Ducroire
L’assureur-crédit public belge est un partenaire reconnu au niveau international.

Finexpo
Intervention visant à réduire ou à stabiliser le coût du financement mis à disposition par les banques.

SBI
(Co-)financement à moyen-long terme des investissements réalisés à l’étranger par des entreprises belges (capital, quasi-capital, prêts à long terme).

Société de Financement de l’Exportation et de l’Internationalisation des Entreprises wallonnes (Sofinex)
Garantie dans le cadre d’opérations à l’exportation ou à l’étranger, financement direct ou en cofinancement avec la SBI, soutien aux exportations dans le cadre d’accords de coopération spécifiques ou via un fonds de coopération technique auprès de la SFI (Société financière internationale/Banque mondiale).

Exportbru (Groupe S.r.i.b.)
Financements pour les PME bruxelloises qui souhaitent exporter ou s’implanter à l’étranger.

bouton-2