Trouver un comptable, l’œil d’un magicien des chiffres


Trouver un comptable est déterminant dans la réussite de votre projet. Le "professionnel du chiffre" – comptable ou expert-comptable - vous accompagnera tout au long de la vie de votre entreprise, non seulement dans le cadre de vos obligations comptables et fiscales et de l’établissement des comptes annuels, mais aussi pour toutes les décisions stratégiques susceptibles d’avoir un impact sur la situation financière et la rentabilité de votre entreprise.

Bien souvent, la force d’une entreprise starter réside dans l’inventivité de son concepteur. Mais le créatif à l’origine du projet risque de buter très vite sur des obstacles techniques ou financiers. En effet, il n’est pas nécessairement familier des chiffres, ni formé à la comptabilité. Trouver un comptable et bénéficier de l'expertise d'un homme ou d’une femme de métier s’avère indispensable.

Comptable ou expert-comptable ?

Tant le comptable agréé que l’expert-comptable a pour principale mission de passer les écritures comptables, c’est-à-dire d’enregistrer tous les flux financiers, économiques ou commerciaux dans les comptes de l’entreprise. Ce qui les différencie? Le diplôme requis pour exercer la profession et la durée du stage à accomplir. Les comptables font généralement valoir une proximité plus grande avec leurs clients ; les experts-comptables pointent certaines compétences en droit fiscal, en droit social, etc. Ainsi que les missions spécifiques qu’eux seuls peuvent légalement assumer, par exemple les rapports de fusion/scission ou la liquidation d’une entreprise… mais ceci ne concerne pas vraiment l’entrepreneur débutant. Plus important sans doute : si vous décidez de changer la forme juridique de votre société – évoluer d’une SPRL vers une SA, par exemple -, vous aurez besoin d’un expert-comptable, qui rédigera un rapport confirmant l’exactitude du bilan.

Choisir en connaissance de cause

La première démarche à accomplir pour trouver votre comptable est de vérifier l’inscription des professionnels que vous aurez présélectionnés auprès de l’Institut Professionnel des Comptables et Fiscalistes agréés (IPCF) ou de l’Institut des Experts-Comptables et des Conseils fiscaux (IEC) . A défaut, ils ne peuvent pas exercer la comptabilité pour compte de tiers (exercice illégal) ni porter le titre de comptable agréé ou d’expert-comptable. La vigilance est de mise car ces personnes travaillent parfois sans assurance RC professionnelle.

Autres conseils pratiques :

• Choisissez un (expert-)comptable qui n’habite pas trop loin de votre lieu de travail et avec qui le courant passe.

• Privilégiez quelqu’un qui connaît déjà votre secteur d’activité parce qu’il y compte des clients.

• Entendez-vous sur le contenu d’une lettre de mission, précisant aussi les honoraires… car il n’y a pas de barèmes légaux.

Pas de réviseur ou de conseil fiscal ?

Allons un pas plus loin. Faut-il disposer d’un réviseur d’entreprise ? Pas si vous êtes à la tête d’une jeune entreprise. Les réviseurs certifient les comptes et assument des missions spécifiques dans de plus grandes entreprises.

L’optimisation fiscale n’étant pas la priorité du starter, il est également peu probable que vous ayez besoin d’un conseil fiscal ou d’un fiscaliste lors du lancement de votre affaire. Il est fréquent que les bureaux comptables travaillent avec des spécialistes en fiscalité lorsque le besoin s’en fait sentir.

En savoir plus

bouton-2