Gestion des risques : j’anticipe les obstacles


Difficile d’entreprendre sans prendre de risques. Conquérir de nouveaux marchés, développer de nouveaux produits, investir pour soutenir la croissance, etc… chaque aspect du développement de vos affaires implique une prise de risque. Celle-ci doit être mûrement calculée. D’où la nécessité d’intégrer la gestion des risques comme un élément central de votre stratégie de croissance.

En tant qu’entrepreneur, atteindre vos objectifs induit une certaine prise de risques. Néanmoins, prendre des risques inconsidérés, ou mal les contrôler, peut s’avérer dangereux, voire fatal, pour la conduite de vos affaires.

Tout l’art consistera donc à maintenir le bon dosage pour ne vous exposer qu’aux risques qui sont acceptables au regard de votre business plan. La gestion des risques ne doit laisser aucune place à l’improvisation. Il faudra, dès lors, vous munir d’un outil indispensable : un ERM ou Entreprise Risk Management. Tout comme vous disposez d’un business plan qui décrit votre stratégie et vos objectifs, l’ERM vous aide à identifier les différents obstacles qui pourraient surgir et à les contrôler. Mieux : l’ERM doit carrément faire partie intégrante de votre business plan si vous voulez éviter les mauvaises surprises.

Pour un plan de gestion des risques rigoureux, il convient de procéder par étapes :

1. Analyse du secteur et cartographie des risques

Chaque entreprise est exposée à des risques spécifiques, liés au secteur d’activité, à la structure de la société, à son emplacement géographique, etc. Commencez par un travail de concertation interne : confiez à plusieurs collaborateurs de votre entreprise, représentatifs des différents métiers, la mission d’identifier ce qu’ils considèrent comme les principaux risques qui pourraient entraver votre business. Si vous ne disposez pas du personnel suffisant pour mener cette tâche à bien, faites appel aux services d’un cabinet d’audit, par exemple. Au terme de l’exercice, confrontez le résultat du travail d’enquête de chacun et répartissez les risques ainsi identifiés en différentes catégories. Selon une enquête récente d’un bureau de conseil, les risques peuvent être répartis comme tels :

Les risques opérationnels

Il s’agit des risques qui pourraient handicaper le bon fonctionnement de l’entreprise à cause de procédures défaillantes ou inadaptées, d’erreurs humaines ou techniques ou de facteurs exogènes.

Peuvent être classés dans cette catégorie :


    • un système de reporting des incidents qui manque de clarté ;

    • une panne informatique ou une faille de sécurité des données ;

    • une fraude commise par un collaborateur ;

    • un incendie ;

    • etc.

Les risques stratégiques

Il s’agit des risques liés à la stratégie commerciale de votre business plan.

Quelques exemples :

    • vous implanter sur un marché qui n’est pas encore assez mature ou qui l’est trop ;

    • sous-estimer la concurrence ;

    • être dépassé par l’émergence d’une nouvelle technologie ;

    • etc.

Les risques financiers

Si les risques stratégiques se limitent à la politique commerciale, les risques financiers menacent, quant à eux, la gestion de vos cash flows, de vos crédits ou de vos investissements, etc.

La plupart de ces risques sont liés aux incertitudes des marchés :

    • fluctuation des taux de change ;

    • modification de la courbe des taux d’intérêt ;

    • déséquilibre entre les financements à long et à court terme ;

    • fonds propres insuffisants ;

    • mauvaise gestion des coûts ;

    • etc.

Les risques de conformité


Il s’agit des risques liés à l’obsolescence de certains produits, matériaux, machines, bâtiments, procédures, techniques, etc. Le cadre réglementaire évolue en permanence. Il est donc probable qu’à un moment donné, votre entreprise ne réponde plus à certaines normes. La non-conformité peut avoir de lourdes conséquences sur vos affaires, jusqu’à la mise en veille temporaire, voire définitive, de certaines activités. Il est, dès lors, conseillé d’investir dans une fonction de type "corporate affairs" qui vous permettra d’être tenu au courant des différents projets législatifs en cours.

2. Définition de votre appétit au risque

Après avoir identifié les différents risques qui guettent votre entreprise, le management doit définir quel est le niveau de risque acceptable pour atteindre les objectifs fixés. Il s’agit de l’appétit au risque de l’entreprise.

3. Mesure régulière et contrôle des risques

Puisque la gestion des risques fait désormais partie de la stratégie de votre entreprise, il s’agit de mettre en place la structure qui permettra de mesurer régulièrement ces risques, les suivre, les contrôler et communiquer avec le management sur leur évolution. Un suivi régulier permettra d’opérer certains arbitrages, si nécessaire. Autrement dit : adapter votre appétit au risque en fonction de l’évolution de la conjoncture. De même, il est souhaitable de mettre en place des circuits de reporting du risque qui soient à la fois transversaux et transparents : chaque collaborateur de l’entreprise doit pouvoir tirer la sonnette d’alarme s’il constate qu’un risque menace de se matérialiser.

Risques opérationnels : pensez au BCP

Que deviendra votre entreprise si un incendie ravage vos bâtiments ? Pouvez-vous vous permettre de mettre vos activités entre parenthèses dans l’attente d’un rapport d’expertise ou de l’intervention de votre assureur ? C’est pour faire face à ce genre d’imprévus que servent les Business Continuity Plans ou BCP. Ces plans de continuité opérationnelle consistent à décrire des procédures d’urgence à prendre dans le cas d’un imprévu qui mettrait à mal la poursuite de vos activités. Une inondation, une panne soudaine de vos serveurs informatiques, le décès brutal d’un dirigeant, etc. Le BCP répertorie les procédures à suivre et désigne une chaîne de commande dans laquelle certains collaborateurs acceptent de prendre des responsabilités complémentaires pour aider à contenir les conséquences d’une telle situation de crise. De nombreux bureaux se sont spécialisés dans la formation et le conseil sur les enjeux du BCP.

En savoir plus

Brochure « L’analyse des risques »
Le SPF Emploi, Travail et Concertation sociale a édité une brochure sur l’analyse des risques. La publication aborde de manière concrète le concept de l'analyse des risques et la façon de l'utiliser pour appliquer des mesures de prévention. La brochure indique également différentes méthodes pour détecter les dangers, déterminer les facteurs de risque et évaluer les risques dans les entreprises.

The Institute of Risk Management
Cette organisation internationale sensibilise les managers à la question de la gestion des risques à travers des formations, des publications, des séminaires, etc. Uniquement en anglais.

bouton-2