«Job crafting» ou l’art de redonner du sens au travail


Tax
16.12.2015

JOB CRAFTING (SECUREX) = Il s’agit pour le travailleur de personnaliser sa fonction pour en faire un job sur mesure correspondant davantage à ses besoins, ses attentes, ses désirs et ses expériences. Une bien belle définition qui, en théorie, s’applique à tous les acteurs d’une entreprise quel que soit leur niveau: ouvriers, employés, managers, cadres dirigeants…

Dans cette définition il est implicitement question pour les travailleurs, d’opportunités à saisir, de prises d’initiatives, de mise en avant de ses talents, d’ouverture au changement, de motivation et de relations interpersonnelles. Mais qu’en est-il de l’organisation et de sa responsabilité dans la mise en place d’une politique de gestion des ressources rendant possible le  «job crafting»?

Le «Job crafting», appelé aussi «Job Shaping» a fait l’objet de nombreuses études. Amy Wrzesniewski (New-York University) & Jane E.Dutton (University of Michigan) sont souvent considérées comme les fondatrices de ce concept. Dans un article de 2001, «Crafting a job: Revisioning employees as active crafters of their work», elles s’intéressent au «comment» soutenir et offrir suffisamment d’espace aux travailleurs afin qu’ils mettent eux-mêmes tout en œuvre pour rendre leur job plus motivant et non pas à «ce qui» rend le travail plus motivant !

Le concept est encore très théorique et bien souvent, force est de constater, que les entreprises et les travailleurs font du  « job crafting » sans en être conscients (exemple : venir en aide à un collègue en reprenant pour lui certaines tâches pour lesquelles nous avons plus de facilité ; aménager ses horaires afin d’être plus efficace au travail …) Le concept de «job crafting» met en avant la responsabilité qu’a chaque collaborateur à façonner son poste pour le rendre plus agréable, plus dynamique. Concept pertinent certes ; mais que peut faire un employeur pour favoriser «le job crafting» ?

Des démarches simples et concrètes pour une politique efficace en matière de « job shaping »
  • offrez aux employés davantage d’occasions de s’exprimer, de s’impliquer, de donner du feedback sur leur fonction, par des entretiens formels et informels ;
  • donnez la possibilité aux travailleurs de diversifier leurs tâches, et ce de leur propre initiative ;
  • soutenez-les en faisant avec eux un état des lieux régulier des tâches exécutées et de celles qui, selon eux, peuvent être mieux organisées ;
  • inventoriez le temps qu’ils passent à chacune de leurs tâches ;
  • vérifiez avec quelles personnes ils sont régulièrement en contact ;
  • analysez avec eux quelles sont les tâches qui leur prennent de l’énergie et au contraire qu’elles sont celles qui leur en donnent etc...) ;
Ces démarches s’appliquent également aux cadres dirigeants.
 
Job shaping et environnement de travail adapté vont de pair et se renforcent mutuellement. (Par exemple ; une entreprise réfractaire au télétravail ou ne mettant en place aucun moyen technique permettant à ses employés de travailler à distance etc..).

En conclusion, bien que le « job crafting » suppose une forme de proactivité de la part du travailleur, la culture de l’organisation et le style du management sont déterminant pour sa réussite. Tous ces éléments constituent autant de leviers potentiels que de possibles limitations pour les «job crafters».

White paper
Vous souhaitez en savoir plus ? Le mois prochain paraîtront les résultats de notre étude sur l’impacts du «Job crafting» pour le travailleur. Inscrivez-vous ici pour recevoir notre white paper dès sa parution.
(Source: www.securex.be)